Vallons froids du Toulois

Espèces végétales des vallons froids         Principaux vallons froids du Toulois          Conservatoire des Sites Lorrains          Annexe

Arrot
Vallon de l'Arrot, Bicqueley, 20 mars 2009


Espèces végétales des vallons froids


Les vallons froids sont des milieux boisés. Leur couverture forestière est principalement constituée de deux associations caractéristiques des forêts de pentes nord, éboulis, ravins et vallons encaissés froids : l'érablaie-frênaie et l'érablaie-chênaie. Les végétaux des strates inférieures sont donc essentiellement des espèces sciaphiles (qui tolèrent un ombrage important) ou photophiles (qui recherchent la lumière mais non l'éclairement solaire direct).

Les vallons froids sont des milieux relativement humides. Les espèces y sont le plus souvent hygrophiles (espèces ayant besoin de grandes quantités d'eau tout au long de leur développement) ou mésohygrophiles (espèces ayant besoin de grandes quantités d'eau à un moment de leur développement mais tolérant un relatif manque d'eau temporaire), parfois mésophiles (qui se plaisent dans les conditions moyennes du gradient sécheresse-humidité).

Les vallons froids sont des milieux... froids ! Certaines des espèces qui y sont présentes sont considérées comme des reliques glaciaires (plantes qui se sont installées là durant la dernière période de glaciation (Würm) et qui n’y sont restées que parce qu’elles ont trouvé des milieux suffisamment frais leur permettant de s’adapter progressivement au lent réchauffement qui a suivi depuis quelques 10 000 ans). Plusieurs autres ont une aire de répartition habituellement montagnarde et sont rares en plaine. Les conséquences potentielles à long terme du rapide réchauffement climatique actuel sur cette flore particulière sont encore sans doute très sous-estimées.

Les fonds de vallons sont encore des lieux d'accumulation de matière organique favorisant la présence d'espèces nitrophiles (
espèces poussant sur des sols riches en nitrates).

On trouvera en Annexe une liste non exhaustive des plantes rencontrées dans les vallons froids du Toulois, classées selon leurs caractéristiques autécologiques.

Les vallons froids du Toulois abritent de nombreuses espèces protégées.

Glanes     Bouvade
                                     Trou des Glanes...                                                             ...et son déversement dans la Bouvade, Moutrot, 25 février 2009



Principaux vallons froids du Toulois

CarteVal

1 : Fond de Monvaux    2 : Vallon de Brifovau    3 : Vallon de l'Arrot    4 : Vallon du Chahalot et haute vallée de la Bouvade


Fond de Monvaux
, vallon de Brifovau et le fond du vallon de l'Arrot sont intégrés au Site d'intérêt Communautaire Natura 2000 Vallée de la Moselle du fond de Monvaux au vallon de la Deuille FR4100178 (SIC, 2004)"Site constitué de milieux forestiers : forêt de ravin et de fonds de vallon, fragments de forêt alluviale bordant la Moselle et ses étangs, et de milieux secs : parois et rochers calcaires, pelouses à orchidées. Dans certaines lisières ou clairières forestières, on peut trouver Cypripedium calceolus, présent en Lorraine dans de très rares stations seulement dont deux en Meurthe et Moselle. Certains bas de versants abritent Leucojum vernum et Gagea lutea, deux espèces rares en plaine".

Le vallon de l'Arrot dans sa totalité bénéficie en outre d'un APPB (Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope) AB54073A (1982) : "La partie la plus remarquable de l'APPB est constituée par le Vallon de l'Arrot en aval de la fontaine de la Deuille. Ce type de vallon n'est pas exceptionnel sur les plateaux calcaires de Lorraine mais l'intérêt du vallon de l'Arrot est d'une part d'avoir conservé une couverture forestière naturelle et d'autre part d'être relativement large. Le groupement végétal particulier qui caractérise ces fonds de vallon et qui est habituellement fragmentaire et linéaire, prend ici un développement inhabituel qui fait en grande partie son originalité. La présence de la Gagée jaune (Gagea lutea), espèce protégée au plan national, et de la Nivéole printanière (Leucojeum vernum), espèce protégée en Lorraine vient encore renforcer la valeur patrimoniale du vallon." (Livres et liens : Timbal, 1982 ; Montagne P, 2007).

Vallon du Chahalot et haute vallée de la Bouvade sont liés, comme le vallon de l'Arrot, aux résurgences temporaires (Deuilles), soupapes de trop-plein du réseau karstique de l'Arroffe (Livres et liens : Montagne M, 1989) : Deuille d'Ochey au fond du vallon de l'Arrot, Deuille de Crézilles et Trou des Glanes sur la haute vallée de la Bouvade, Deuille de Moutrot dans le vallon du Chahalot. À ces Deuilles s'ajoute la Source Saint-Nicolas à Pierre la Treiche qui coule tout au long de l'année.

Ochey1   Arrot   Ochey2
            Deuille d'Ochey                                                            L'Arrot                                                    Deuille d'Ochey presqu'à sec

Crézilles   Moutrot   Chahalot
                        Deuille de Crézilles                                                                    Deuille de Moutrot                                            Ruisseau du Chahalot



Le Conservatoire des Sites Lorrains

"Le Conservatoire des Sites Lorrains est une association de protection du patrimoine naturel lorrain qui intervient selon quatre missions fondamentales … Connaissance, protection, gestion, valorisation."

Le Conservatoire protège actuellement 224 sites en Lorraine sur 3645 ha et y réalise un travail remarquable. Le Conservatoire édite des plaquettes d'informations et organise régulièrement des visites-découvertes de la flore et de la faune sur les sites qu'il gère.

Pour toute information sur le Conservatoire des Sites Lorrains     Logo CSL     il suffit de cliquer ... et pourquoi pas d'y adhérer !


Haut de page                                        Accueil

© Paul Montagne