Symphytum officinale  Consoude officinale

Symphytum1       Symphytum1a       Symphytum1b        Symphytum2       Symphytum2a

Symphytum asperum    Consoude rude

Symphytum3                 Symphytum4                 Symphytum5

Symphytum x uplandicum    Grande consoude

Symphytum6                        Symphytum7                        Symphytum8

Boraginaceae


Taille : 30 à 120 cm pour Symphytum officinale, 80 à 180 cm pour Symphytum x uplandicum

Floraison :           Jan     Fév     Mars     Avr     Mai     Juin     Juil      Août    Sep     Oct      Nov     Déc
Fructification :    
Jan     Fév     Mars     Avr     Mai     Juin      Juil      Août    Sep     Oct      Nov     Déc

Description : herbacées vivaces à souche charnue, robuste et hérissée de poils raides, grandes feuilles aux nervures bien marquées, fleurs tubulaires se terminant par 5 dents généralement recourbées vers l'extérieur
  • S. officinale : feuilles sessiles longuement décurrentes sur la tige, corolle 2-3 fois plus longue que le calice, blanche, rose ou lilas
  • S. asperum : feuilles pétiolées non décurrentes sur la tige, calice plus court que chez S. officinale
  • S. x uplandicum : feuilles inférieures pétiolées, feuilles supérieures sessiles mais peu décurrentes sur la tige, corolle 3-5 fois plus longue que le calice, rouge virant au bleu
Biotope et habitat :
  • S. officinale : hygrophile, bords des eaux, fossés et prairies humides
  • S. asperum : xérophile, terrains vagues
  • S. x uplandicum : friches, terrains vagues, talus, décombres

Principes actifs : mucilages, allantoïne, pyrrolizidinnes, tanins
Parties employées et préparation : racine en infusion
Propriétés : astringent, émollient, vulnéraire
Indications : usage local uniquement : affections dermatologiques

Statut :
  S. officinale est assez commun en Lorraine, S. x uplandicum y est beaucoup plus rare et présent principalement en Meurthe et Moselle, S. asperum est très rare

Remarques :
  • Symphytum x uplandicum  est un hybride fertile de S. officinale et de S. asperumintroduit et autrefois cultivé comme fourrage, qui a supplanté presque partout en lorraine S. asperum
  • en raison de la présence de pyrrolizidines, alcaloïdes hépatotoxiques, l'usage interne des consoudes est à procrire 

Accueil

© Paul Montagne